Analyses et prévisions sur les matières premières

Pétrole : le ministre saoudien vise les vendeurs à découvert

En un peu plus de 60 ans, l'Arabie saoudite a eu six ministres du pétrole. Le premier abhorrait la domination américaine sur le pétrole arabe et s'est battu pour y mettre fin ; le deuxième voulait des prix bas pour accroître sa part de marché ; le troisième, poète et fan de football, a fait son travail sans fanfare ; le quatrième, un berger qui a fait ses études à l'université de Stanford, Harvard et Columbia, s'est attiré les louanges du monde entier au cours de son mandat de 20 ans ; le cinquième a contribué à créer l'OPEP+ en faisant entrer la Russie dans le giron.

Le sixième a immensément profité de la pandémie de coronavirus qui a entraîné la mort du boom de la fracturation aux États-Unis et de l'esprit de compétition américain dans une industrie du schiste émasculée qui fait maintenant exactement ce que les Saoudiens veulent.

Le prince Abdulaziz bin Salman, ministre saoudien de l'énergie en exercice, a lui aussi un ego différent : Il aime s'imaginer en "Dirty Harry" qui rend une justice sévère aux ours qui osent faire chuter le marché pétrolier en pariant sur une baisse des prix du crude.

Le prince a dit un jour aux vendeurs à découvert sur le pétrole : "Faites-moi plaisir", en empruntant la raillerie utilisée contre les méchants par le policier franc-tireur joué par la légende hollywoodienne Clint Eastwood dans les années 1970 et 1980.

La promesse surprise de dimanche de réduire de 3,7 millions de barils par jour la production de l'OPEP+ — qui regroupe l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dirigée par l'Arabie saoudite et composée de 13 membres, ainsi que 10 producteurs de pétrole indépendants dirigés par la Russie — a mis en scène le prince dans son "mode Harry" classique.

Publicité tierce. Il ne s’agit pas d’une offre ou recommandation d’Investing.com. Lisez l’avertissement ici ou supprimez les pubs .

Le Wall Street Journal, revenant sur cette décision qui a stupéfié les marchés du monde entier, et pas seulement ceux du pétrole, a déclaré que le ministre saoudien de l'énergie semblait tenir la promesse qu'il avait faite l'année dernière d'agir rapidement et de manière préventive s'il voyait le marché tourner dans la mauvaise direction.

Citant des personnes familières de la question, The Journal a déclaré :

"Le prince Abdulaziz s'est inquiété du fait que les négociants et les fonds spéculatifs vendaient le pétrole à découvert, c'est-à-dire qu'ils prenaient des positions en pariant sur une baisse des prix du pétrole, et il semble qu'il ait décidé de riposter.

L'effet de surprise — dont le ministre se délecte manifestement — ne pouvait pas être trompé. Selon Bloomberg, aucun des 14 négociants et analystes interrogés avant la réunion virtuelle de l'OPEP+ de lundi — au cours de laquelle la réduction de la production est devenue une politique — n'avait la moindre idée de ce qui allait se passer. Ils s'attendaient à ce que la réduction initiale de 2 millions de barils par jour annoncée par l'OPEP en novembre ne soit pas modifiée.

Si la version de Bloomberg est exacte, le sondage a été trompé par l'assurance donnée par le prince le mois dernier que les réductions de novembre étaient "là pour rester jusqu'à la fin de l'année".

Bloomberg a ajouté :

"De temps en temps, le prince se réjouit de prendre les spéculateurs à contre-pied avec des changements inattendus dans l'offre. Lors d'une intervention de ce type, il avait prévenu que les vendeurs à découvert allaient devoir "s'arracher les cheveux", et pour les baissiers du brut, cette dernière mesure pourrait être tout aussi douloureuse".

Publicité tierce. Il ne s’agit pas d’une offre ou recommandation d’Investing.com. Lisez l’avertissement ici ou supprimez les pubs .

Même avant la pandémie, Riyad, en tant que producteur pivot de pétrole — ce qui signifie qu'il possède suffisamment de brut pour lui-même et peut encore approvisionner le monde -, savait qu'il pouvait compter sur la crainte des négociants d'un resserrement de l'offre pour faire évoluer le marché à sa guise. Pourtant, aucun responsable pétrolier saoudien n'a joué la carte de la peur avec autant d'audace que ce prince au cours des trois dernières décennies.

En septembre 2019, peu après son arrivée au pouvoir, il a promis l'"enfer" aux boursicoteurs qui pariaient contre l'OPEP.

Dissimulant à peine son mépris pour ceux qui ont fait chuter les prix du pétrole de 13 % en deux semaines, le nouveau ministre saoudien de l'Énergie semblait déjà vouloir faire peur aux vendeurs à découvert plutôt que de répondre à leurs préoccupations concernant la faiblesse de la demande d'énergie dans le contexte de l'épidémie de COVID.

Interrogé sur les prochaines étapes de l'OPEP+ à ce moment-là, le prince a déclaré que le cartel prendrait des mesures proactives et préventives pour redresser le marché. Sa stratégie visant à surprendre, plutôt qu'à informer, le marché était claire lorsqu'il a déclaré :

"Quiconque pense qu'il recevra un mot de ma part sur ce que nous ferons ensuite, vit absolument dans un La La Land. Je vais rendre ce marché nerveux".

Bien sûr, on pourrait dire que ces menaces n'étaient guère plus qu'un discours teinté d'humour du ministre, qui se trouve être le demi-frère aîné de Mohammad bin Salman — le prince héritier d'Arabie saoudite, qui n'est pas exactement connu pour son humilité ou son humanité.

Publicité tierce. Il ne s’agit pas d’une offre ou recommandation d’Investing.com. Lisez l’avertissement ici ou supprimez les pubs .

Depuis que le boom du schiste de 2014 a laissé le pouvoir de fixation des prix du pétrole entre les mains de nombreux foreurs américains indépendants, les frères Salman ont attendu l'occasion de reprendre le contrôle et l'ont eue lorsque la pandémie a frappé. Des dizaines de foreurs de schiste de type "Mom and Pop" ont fait faillite du jour au lendemain, notamment en raison d'une surabondance de pétrole délibérément créée par les Saoudiens au début de la pandémie, à la suite d'une rare dispute avec les Russes sur la production à l'époque.

Lorsque la poussière est retombée un an plus tard, le paysage du schiste avait subi un virage à 180 degrés, avec des majors et des entreprises exploitant les champs pétroliers les plus prolifiques, du Permien à l'Eagle Ford (NYSE:F) et aux Bakkens.

Pour les Saoudiens, c'était comme une manne tombée du ciel. Quelle que soit la région du monde où elles se trouvaient, les grandes sociétés pétrolières parlaient le même langage et souhaitaient des prix plus élevés. Et si des prix plus élevés pouvaient être obtenus en suivant la voie de Saudi Aramco (TADAWUL:2222), alors c'était possible.

Les pionniers du schiste étaient de véritables héros du commerce américain dont la production effrénée pouvait être imputée à l'esprit dynamique de concurrence et de non-collusion propre à leur pays. L'idée qui prévaut actuellement dans le secteur du schiste est la suivante : qui a besoin de fierté et de billes si cela se traduit par des profits moindres ?

Publicité tierce. Il ne s’agit pas d’une offre ou recommandation d’Investing.com. Lisez l’avertissement ici ou supprimez les pubs .

Ce raisonnement est parfaitement reflété dans un article de Reuters paru lundi, selon lequel la production américaine de brut pourrait augmenter à la suite des réductions de l'OPEP+, mais seulement de 200 000 barils par jour, soit 5 % de ce que le cartel va réduire.

Les sociétés cotées en bourse maintiendront probablement les niveaux de production inchangés, même si les contrats à terme sur le pétrole brut dépassent les 80 dollars le baril. Toutefois, les entreprises privées seraient incitées à stimuler l'activité, a déclaré Mike Oestmann, directeur général de Tall City Exploration.

Reuters a rapporté que les États-Unis ont pompé près de 12,5 millions de barils par jour en janvier, citant les dernières données du gouvernement. L'agence a ajouté que la production dans le plus grand bassin de schiste américain devrait augmenter de 400 000 barils par jour cette année, soit environ la moitié du niveau de 2019, citant une estimation de la société de technologie énergétique Enverus.

Malgré cette expansion, la production reste bien en deçà du record de 13,1 millions de barils par jour atteint en mars 2020, juste avant le début de la pandémie. Si l'on tient compte aujourd'hui de toutes les pénuries de brut — des sanctions contre la Russie aux interruptions de production de l'Afrique au Moyen-Orient, en passant par les réductions massives de l'OPEP+ ajoutées de temps à autre — le monde pourrait facilement se passer de 5 millions de barils supplémentaires par jour.

L'industrie pétrolière américaine peut certainement pomper davantage, mais elle fait de son mieux pour ne pas le faire. L'excuse la plus répandue semble être de donner la priorité à la rémunération des actionnaires, même si les rachats d'actions sont encore plus fréquents. La collusion tacite avec l'OPEP est au cœur de la défiance à l'égard du maintien des prix à un niveau élevé. Le refrain classique qui revient toujours est que l'administration Biden est une briseuse de combustibles fossiles et que pas un centime d'investissement ne devrait être fait dans le nouveau pétrole.

Publicité tierce. Il ne s’agit pas d’une offre ou recommandation d’Investing.com. Lisez l’avertissement ici ou supprimez les pubs .

Or, cette même administration vient de présider à la plus grande vente aux enchères de droits de forage de pétrole et de gaz depuis des années dans le golfe du Mexique. Chevron Corp (NYSE:CVX), Exxon Mobil Corp (NYSE:XOM) et BP (NYSE:BP) figuraient parmi les principaux acheteurs. Les groupes de défense de l'environnement Earthjustice et Friends of the Earth ont reproché au gouvernement de donner la priorité au pétrole et au gaz plutôt qu'aux objectifs climatiques et à la santé des communautés de la côte du golfe du Mexique.

Pendant ce temps, le ministre saoudien de l'énergie se félicite d'une "réalisation" qui, dans ses fondements, est plus américaine qu'autre chose.

Clause de non-responsabilité : Barani Krishnan utilise un éventail de points de vue autres que le sien pour apporter de la diversité à son analyse de tout marché. Par souci de neutralité, il présente parfois des points de vue contradictoires et des variables de marché. Il ne détient pas de positions dans les matières premières et les titres sur lesquels il écrit.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

Кнопка «Наверх»